Freaks & Geeks est l’une des premières séries que j’ai décidé de mettre sur mon Challenge Séries 2013. Après en avoir entendu parler pendant des siècles comme d’une série  « cool » voire « culte », je sentais que ne pas l’avoir vu relevait presque de la faute de goût. Une série lycéenne créée par Judd Apatow (master de la blague potache), et avec James Franco dans la force de l’âge ? je signe tout de suite !

 

Freaks-and-Geeks-freaks-and-geeks-708313_1024_768

 

Avec  Freaks and Geeks, Apatow s’intéresse à 2 catégories de looser lycéens qui n’étaient jusqu’à présent jamais à l’honneur, car éclipsés par les pom-pom girls, sportifs de l’équipe de football  et autres gens populaires :

  • les losers nolife membre du club d’informatique, fans de WoW, allergiques aux cours de sport, et souffre douleurs des autres élèves
  • les losers rebelles souvent issus de familles populaires, qui scandent « no future » en séchant les cours pour fumer des joints dans la cour de récré.  

L’histoire suit Lindsay et Sam Weir, qui vont intégrer ces 2 sous-familles de la culture adolescente US lors de l’année scolaire 80-81 : Lindsay, ex-geek présidente du club de mathématiques, se rebelle à la mort de sa grand-mère et commence à trainer avec les freaks, alors que le cadet Sam est un pur produit geek, physiquement sous-développé et affublé de ses 2 amis Bill Haverchuck (le grand geek à lunettes dans toute sa splendeur, joué par Martin Starr) et Neal Schweiber (le petit rondouillet et seducteur, joué par Samm Levine, et qui ressemble beaucoup dans le style à Manny de Modern Family !)

Au fil de l’unique saison de 18 épisodes que constitue F&G, nous allons faire la connaissance d’une galerie de personnages super sympa, qui chacun à leur manière vont essayer de survivre à cette période horrible qu’est le lycée.

 

C’est très marrant de visionner cette série avec 10 ans d’écart, car aujourd’hui le geek et le bad boy sont devenu des symboles du hype et branché (Glee : le parfait exemple), mais si on se replonge en 99 (date de première diffusion de la série), le sujet n’est pas si commun. On entre alors en pleine exploration/observation des mœurs et habitudes d’une catégorie de jeunes qu’on connait bien maintenant mais qu’on adore redécouvrir :

 

 

Bizarrement je n’ai pas accroché avec les 3-4 premiers épisodes ; je pense que les dialogues très présents par rapport à l’action, ainsi que le côté « années 80 » de l’image m’ont assez rebutés. Par contre, une fois que je m’y suis mis, impossible de m’arrêter ! Tous les personnages sont très bien travaillés, y compris les personnages secondaires comme les parents Weir (le père et ses « telle star aimait bien sécher les cours lui aussi… tu sais ce qu’il lui est arrivé ? IL EST MORT ! »), ou la copine math-lete de Lindsay. En plus le casting est impeccable : il y a de nombreuses têtes connues (James Franco, Jason Segel alias Marshall de How I Met Your Mother, Seth Rodgen un habitué des Apatow, Busy Phillips vue dans Dawson et Cougar Town, etc.). Ca fait plaisir de voir un lycée NORMAL avec des têtes NORMALES (parfois les séries de lycée nous font penser à un casting pour America’s Next Top Model !) ; la bande son est géniale, une pur mixtape du rock des années 70-80, qui se retrouve dans le (génial !!) générique (cliquez ici pour le voir).

Le seul point noir, c’est que la série n’a apparemment pas eu le temps d’être finalisée, puisque le dernier épisode n’est pas vraiment une fin… Mais globalement une super série que je vais avec plaisir intégrer dans ma DVDthèque.

 

Je verrais bien cette série rediffusée dans un bloc « rétro » sur une chaine 15-34 ans type NT1 ou France 4 (avant qu’elle ne devienne une chaine jeunesse), en duo avec My So-Called Life. Les chaines, réveillez-vous ! Au lieu de diffuser l’énième show foireux de La CW, regardez dans le rétroviseur, il y a tellement de trésors à( ré)explorer !